Abc-families.com
Image default
Grossesse et Bébé

Comment accoucher plus rapidement ?

En fin de grossesse, on est souvent impatiente de donner naissance à notre bout de chou. Il existe quelques astuces, souvent soufflées par nos grands-mères, pour essayer de déclencher l’accouchement. Mais sont-elles vraiment efficaces ? On fait le tour de la question.

En début de grossesse, le temps semble long. On voudrait sentir bébé bouger, on voudrait voir notre ventre s’arrondir. Au deuxième trimestre, on se réjouit simplement de cet état si unique et particulier de fusion avec bébé. Lorsque l’accouchement approche, la tension monte. On redoute la naissance autant qu’on l’attend. Mais il arrive parfois que bébé se fasse désirer et les dernières semaines sont alors interminables. Entre douleurs dorsales, fatigue, remontées acides et contractions, les jours qui précèdent l’accouchement ne sont généralement pas une partie de plaisir. On a alors envie de donner à la nature un petit coup de pouce… en toute sécurité.

Le déclenchement à l’italienne

Si l’efficacité de la méthode n’a pas été scientifiquement prouvée, vous ne perdrez pas grand chose à tenter l’expérience ! C’est une méthode douce, naturelle, et qui provoque même du plaisir ! Il s’agit de profiter d’un ou de plusieurs rapports sexuels pour tenter de provoquer l’accouchement. Les prostaglandines, hormones présentes dans le sperme, peuvent déclencher les contractions. Il semblerait également que l’orgasme féminin favorise un accouchement plus précoce en accélérant le début du travail, grâce aux contractions utérines qu’il engendre. Ça vaut le coup d’essayer…

Les médecines douces

L’ostéopathie peut faciliter l’accouchement, mais ne le provoquera pas. Il s’agit simplement de rendre la descente du fœtus vers le bassin plus aisée en aidant la future maman à se relâcher. La manipulation de l’ostéopathe pourrait notamment éliminer un blocage au niveau du bassin qui bloquerait le bébé. Une fois que la descente sera amorcée, les contractions pourront débuter.

On peut également avoir recours à l’acupuncture pendant la grossesse, mais difficilement le jour de l’accouchement. En réalité, c’est en amont qu’elle est efficace, en tant que préparation à la naissance. Les fines aiguilles sont utilisées sur des points de puncture pour agir sur le corps et l’esprit de la future maman, et l’aider à retrouver une harmonie. Peu avant l’accouchement, l’acupuncteur peut cependant piquer à certains endroits pour favoriser la dilatation de l’utérus. Mais au même titre que l’ostéopathie, il s’agit plus d’un « travail préparatoire » que d’une véritable méthode pour déclencher la naissance.

L’homéopathie

Il peut être bénéfique de prendre de l’homéopathie à partir du dernier mois de grossesse pour préparer l’accouchement. Cela peut venir en complément d’une préparation à l’accouchement, mais ne la substitue pas. L’homéopathie vient soulager certaines angoisses, assouplir le col de l’utérus et peut aussi agir le jour de l’accouchement sur les petites contractions dites de faux travail.Pour prendre le bon traitement, et surtout celui qui vous est adapté, consultez votre médecin. Ne faites pas d’auto-prescription, elle pourrait être inutile.

L’homéopathie peut aussi être bénéfique après l’accouchement, pour limiter les désagréments notamment en ce qui concerne les suites de couche.

Autres articles à lire

Boutons de chaleur chez l’enfant : comment les traiter ?

Irene

L’hypnonaissance pour un accouchement serein et sans douleur

Irene

Grossesse et sommeil : la fatigue de la grossesse trimestre par trimestre

Irene

Quel animal de compagnie pour mon enfant ?

Irene

Mon enfant a le mal des transports, que faire?

Irene

Comment changer les mauvaises habitudes que votre enfant a pris pendant le confinement ?

Irene