Abc-families.com
Image default
Sante et Beaute

Signes avant-coureurs et symptômes de la polyarthrite rhumatoïde (PR) : définition, cause, symptômes, traitement

La maladie inflammatoire chronique appelée polyarthrite rhumatoïde peut entraîner des douleurs et un inconfort importants. Si elle est diagnostiquée le plus souvent entre 40 et 60 ans, les premiers signes et symptômes peuvent se manifester plus tôt, et peuvent facilement passer inaperçus.

Les signes avant-coureurs peuvent passer inaperçus

D’après les Centres de contrôle et de prévention des maladies, près de 1,5 million d’adultes souffraient de polyarthrite rhumatoïde aux États-Unis en 2007. Mais de nombreux cas ne sont pas diagnostiqués. Les signes précoces de cette maladie restent souvent inaperçus pendant plusieurs années. De nombreux individus menant une vie active peuvent être néanmoins atteints dès la quarantaine.

Pour compliquer encore le diagnostic, les patients n’éprouvent pas tous les mêmes symptômes. Les symptômes éprouvés par une personne ne correspondent pas toujours à ceux ressentis par une autre. Cette variation des symptômes a conduit à trois caractérisations possibles de la maladie.

Chez certains individus, la maladie est monocyclique, c’est-à-dire que les symptômes apparaissent une fois et ne se reproduisent pas pendant deux à cinq ans. D’autres souffrent de poussées plus ou moins intenses tout au long de la maladie. Cette forme est dite polycyclique. Une troisième forme est souvent plus répandue. La polyarthrite rhumatoïde apparaît puis s’aggrave au fil du temps ; elle n’est pas intermittente.

Dans certains cas, cela complique le dépistage des symptômes précoces de la polyarthrite rhumatoïde. Cependant, si un diagnostic précoce est possible, le traitement pourra soulager la douleur.

Symptômes précoces courants

Dans la majorité des cas, les premiers symptômes se manifestent dans les petites articulations. Les doigts sont le plus souvent touchés, au niveau des articulations qui connectent les doigts à la main. À un stade très précoce, les orteils peuvent également être touchés. Les symptômes peuvent être les suivants :

  • articulations molles
  • gonflement des articulations
  • sensation de chaleur dans les régions articulaires, pouvant s’étendre
  • Chez de nombreux individus, on observe un raidissement des articulations au réveil pouvant rendre les mouvements difficiles, qui s’atténue au bout de quelques heures.

Ces symptômes sont les plus fréquents. Cependant, d’autres symptômes peuvent se manifester, souvent sans lien particulier avec des douleurs articulaires. Par exemple, de nombreuses personnes souffrent d’une faible fièvre non expliquée par d’autres causes. Certains individus ont le sentiment d’être malades sans pouvoir désigner une cause précise. D’autres souffrent d’une perte d’appétit à ce stade, là encore sans cause facilement identifiable.

La progression

La majorité des individus atteints de polyarthrite rhumatoïde éprouveront une importante aggravation des symptômes au fil du temps. À ce stade, les signes avant-coureurs de la polyarthrite rhumatoïde progressent et laissent la place à des symptômes comme les suivants :

  • inflammation et gonflement douleureux des articulations
  • apparition sur la peau de bosses rouges et indolores appelées nodules rhumatoïdes, pouvant se manifester sur d’autres articulations notamment le genou, les orteils et le coude.
  • douleur à la poitrine et difficultés respiratoires
  • sécheresse de la bouche, et œil sec et douloureux

D’après Johns Hopkins Medicine, les premiers symptômes peuvent apparaître dès 20 ans. Dans d’autres cas, cependant, les symptômes ne se manifestent qu’à 50 ans sans jamais avoir souffert de douleurs ou d’inconfort liés aux articulations.

Diagnostic précoce

Pour le médecin, le seul moyen de savoir si un patient présente des signes avant-coureurs de la polyarthrite rhumatoïde est de réaliser un examen diagnostic. Celui-ci commencera souvent par les antécédents médicaux du patient et par un examen médical. Le plus souvent, le médecin fera une radio pour obtenir des données précices, mais cela n’est possible que lorsque les symptômes ont commencé à cibler certaines articulations. Les analyses de sang peuvent aider à désigner des facteurs rhumatoïdes autoimmunes, l’anémie étant présente dans environ la moitié des cas.

Malheureusement, aucun test ne permet de détecter avec certitude une polyarthrite rhumatoïde à son stade précoce. Faute de mieux, les médecins devront avoir recours à des observations à long terme pour déterminer si des changements sont survenus sur les articulations, et dans cette hypothèse, s’il s’agit bien de polyarthrite rhumatoïde ou d’un autre type d’arthrite.

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie incurable. Elle ne peut être ni prévenue ni ralentie. Cependant, s’ils peuvent détecter les symptômes précoces de la polyarthrite rhumatoïde, les médecins devraient être en mesure d’en atténuer la douleur.

Autres articles à lire

Test de stimulation de l’hormone de croissance : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Coloscopie : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Le tapis d’acupression : tout le monde peut en faire ?

Irene

S’entrainer avec une plateforme vibrante

Irene

Seniors : ces principales difficultés qu’ils rencontrent avec le temps

Emmanuel

3 bonnes raisons de faire appel à un sophrologue à Toulouse

administrateur