Abc-families.com
Image default
Sante et Beaute

Coloscopie : définition, cause, symptômes, traitement

La coloscopie est une procédure qui fait appel à une mince caméra flexible destinée à repérer d’éventuelles anomalies ou pathologies affectant l’intestin (caecum) ou le côlon.

Le côlon constitue le segment inférieur des voies intestinales, cette série d’organes qui reçoit l’alimentation, absorbe les nutriments et rejette les déchets. Le côlon est relié à l’anus (l’ouverture du corps permettant d’évacuer les selles).

Lors d’une coloscopie, le médecin peut également prélever des échantillons de tissus pour biopsie. Il ou elle pourra également procéder à l’ablation de tissus anormaux tels que des polypes.

Utilisation

La coloscopie peut être effectuée dans le cadre d’un dépistage préventif du cancer du côlon et d’autres problèmes. Ce dépistage peut aider les médecins à :

  • rechercher des signes de cancers ou d’autres problèmes ;
  • rechercher la cause de changements inexpliqués du transit ;
  • évaluer les symptômes de douleur ou de saignements situés dans la zone abdominale ;
  • trouver le motif d’une perte de poids, de constipation ou de diarrhée chronique.

Le groupe de travail du service américain de prévention sanitaire (U.S. Preventive Services Task Force (USPSTF)) recommande un dépistage du cancer colorectal. Des analyses de sang occulte dans les selles, une sigmoïdoscopie ou une coloscopie sont généralement effectuées pour effectuer un dépistage chez les adultes de 50 à 75 ans. Selon l’American College of Surgeons, toute personne de plus de 50 ans présentant un risque moyen de cancer du côlon doit faire l’objet d’une coloscopie tous les 10 ans. Si le risque présenté est supérieur, il est possible que des examens plus fréquents soient requis dans votre cas. Environ 76 à 90 pour cent des cancers du côlon peuvent être prévenus par des coloscopies (American College of Surgeons).

Risques

La coloscopie étant une intervention de routine, cet examen n’a généralement que peu d’effets dans la durée. Les avantages d’une détection des problèmes et d’un traitement précoces l’emportent de loin sur les risques de complication liés à la coloscopie.

Cependant, un certain nombre de complications rares incluent notamment :

  • en cas de biopsie, une présence de saignement sur le site du prélèvement ;
  • une réaction au sédatif ;
  • une déchirure de la paroi rectale ou du côlon.

Préparation

Le médecin vous fournira des instructions complètes concernant la préparation à effectuer, qui paraît nettement plus impressionnante qu’elle ne l’est en réalité. Essentiellement, cette préparation implique d’avoir suivi un régime à base de liquides clairs pendant 24 à 72 heures avant l’intervention. Le régime type à adopter pour cette préparation intestinale inclut notamment :

  • bouillon de poule/clair ;
  • gélatine ;
  • café ou thé ;
  • jus de fruit sans pulpe ;
  • boissons énergétiques (Gatorade par exemple).

Veillez à ne pas absorber de liquides contenant un colorant rouge ou violet, car ils seraient susceptibles de décolorer votre côlon. Si vous prenez des boissons énergétiques, les parfums rouge et violet sont à éviter.

Indiquez à votre médecin tous les médicaments que vous prenez, y compris les médicaments et suppléments nutritionnels en vente libre. Certains pourraient affecter les résultats de votre coloscopie. Si tel est le cas, votre médecin pourra vous demander d’arrêter de les consommer. Il peut s’agir également d’anticoagulants, de vitamines contenant du fer, ainsi que de certains médicaments contre le diabète.

Votre médecin vous prescrira un laxatif à prendre la veille de votre rendez-vous. Il ou elle vous demandera également d’utiliser un lavement, simultanément ou le jour de l’intervention.

Vous souhaiterez éventuellement prendre des dispositions pour vous faire raccompagner chez vous après l’intervention. Il est préférable que l’effet du sédatif soit totalement éliminé avant de prendre le volant.

Interventions

Juste avant l’intervention, vous allez revêtir une blouse de patient. La plupart des personnes se voient administrer un sédatif, sous une forme ou sous une autre, généralement sous la forme de comprimés.

Pendant la procédure, vous serez allongé(e) sur le côté, sur une table d’examen rembourrée. Votre médecin pourra vous positionner les genoux contre la poitrine, de manière à obtenir un meilleur angle d’accès à votre côlon.

Alors que vous serez assis(e) et sous sédatif, votre médecin va faire passer un tube flexible éclairé (ou coloscope) dans votre anus. Lentement et délicatement, il ou elle va le guider via le rectum jusqu’au côlon. Une caméra positionnée à l’extrémité du coloscope va transmettre des images que le médecin pourra visualiser sur son moniteur.

Une fois le scope correctement positionné, le médecin gonfle le côlon à l’aide de dioxyde de carbone. Il obtiendra ainsi un meilleur aperçu.

En fonction de ce qu’il ou elle trouve (ou de ce qu’il suspecte avant l’examen), votre médecin pourra éliminer des polypes ou effectuer un prélèvement de tissus pour biopsie au cours de la procédure. Vous allez rester éveillé(e) pendant votre coloscopie, de sorte que votre médecin va être en mesure de vous informer du déroulement de l’examen.

La procédure prend environ 30 minutes à une heure dans sa totalité.

Suivi

Une fois l’intervention terminée, vous allez attendre environ une heure que l’effet du sédatif s’estompe. Il vous sera demandé de ne pas conduire pendant les 24 heures suivantes, jusqu’à ce que tous ses effets s’estompent.

En outre, vous allez en règle générale présenter des ballonnements et flatulences, du fait du gaz que votre médecin a introduit dans votre côlon. Il faudra lui laisser le temps de s’évacuer. En cas de persistance du symptôme pendant plusieurs jours, il peut s’agir d’un autre type de problème : n’hésitez pas à contacter votre médecin.

De même, la présence d’un peu de sang dans les selles après la procédure n’a rien d’anormal. Cependant, si vous continuez à évacuer du sang ou des caillots sanguins, si vous présentez une douleur abdominale, ou bien encore une fièvre de plus de 37,7 ° C (100 °F), consultez votre médecin.

Si votre médecin a effectué un prélèvement de tissus ou de polypes lors de la biopsie, cet échantillon sera envoyé à un laboratoire pour analyse. Votre médecin va vous tenir informé(e) des résultats dès qu’ils seront disponibles, à savoir en règle générale dans un délai de quelques jours.

Autres articles à lire

Varicelle : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

La médecine alternative et ses différents avantages pour le corps

administrateur

Douleur de la cage thoracique : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Comment utiliser les huiles de CBD ?

administrateur

Inflammation du col de l’utérus (cervicite) : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Symptômes liés à l’hypertension : définition, cause, symptômes, traitement

Irene