Abc-families.com
Image default
Sante et Beaute

Lèpre : définition, cause, symptômes, traitement

La lèpre est une infection bactérienne chronique. Elle affecte principalement les nerfs au niveau des extrémités, les muqueuses intérieures du nez et les voies respiratoires supérieures. Elle est causée par une bactérie, la Mycobacterium leprae. Si elle n’est pas traitée, la lèpre est cause de lésions cutanées, de dommages au système nerveux et de faiblesse musculaire. Elle peut défigurer gravement les patients et être extrêmement invalidante.

La lèpre est l’une des plus anciennes maladies connues. Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la première référence écrite à la lèpre connue à ce jour date de 600 avant J.C. (OMS, 2010).

La lèpre existe à l’état endémique dans de nombreux pays, notamment dans les climats tropicaux ou subtropicaux. Il ne s’agit cependant pas d’une maladie fréquente aux États-Unis. Les National Institutes of Health (NIH) font état de seulement une centaine ce nouveaux cas diagnostiqués chaque année aux États-Unis (NIH, 2011).

Plus de la moitié des cas de lèpre déclarés aux États-Unis en 2006 étaient en Californie, en Floride, en Louisiane, dans le Massachusetts, dans l’État de New York et au Texas. La plupart d’entre eux concernaient des immigrants de pays en développement (Merck, 2009).

Types

Il existe trois systèmes de classification de la lèpre. Le premier identifie deux types de lèpre : tuberculoïde et lépromateuse. Ces catégories reposent sur la réaction à la maladie du système immunitaire du malade.

Dans le cas de la lèpre tuberculoïde, la réponse immunitaire est bonne et la maladie est cantonnée à quelques lésions cutanées. La maladie est bénigne et la contagion limitée. Dans le cas de la lèpre lépromateuse, la réponse immunitaire est médiocre et la maladie affecte la peau, les nerfs et d’autres organes. Les lésions et nodules (grosseurs et bosses volumineuses) sont très répandus. La maladie est plus contagieuse.

L’OMS classe la maladie en fonction du type et du nombre de cellules cutanées concernées. Il s’agit de :

  • la lèpre paucibacillaire – cinq lésions ou moins, sans que la bactérie soit détectée dans le frottis cutané (échantillon prélevé dans la même zone) ;
  • la lèpre multibacillaire – plus de cinq lésions ou la bactérie est détectée dans le frottis cutané, ou les deux.

Le système de Ridley-Jopling est utilisé dans le monde entier pour les études cliniques. Il existe six catégories, définies en fonction de la gravité des symptômes. Il s’agit de :

  • la lèpre intermédiaire – quelques lésions plates, qui guérissent parfois d’elles-mêmes et peuvent évoluer vers un type plus grave ;
  • lèpre tuberculoïde – quelques lésions plates et d’autres plus grosses ; une sensation d’engourdissement ; le système nerveux est touché, dans une certaine mesure ; la maladie peut évoluer d’elle-même, persister ou progresser et prendre une forme plus grave ;
  • lèpre tuberculoïde de type intermédiaire – lésions similaires à celles de la lèpre tuberculoïde mais plus petites et plus nombreuses ; moins d’extension des nerfs ; peut perdurer, régresser dans sa forme tuberculoïde ou évoluer vers un autre type ;
  • lèpre de type intermédiaire – plaques rougeâtres, engourdissement modéré, glandes lymphatiques enflées ; peut régresser, persister ou évoluer vers un autre type ;
  • lèpre lépromateuse de type intermédiaire – de nombreuses lésions, notamment plates, des bosses volumineuses, plaques et nodules, avec parfois un engourdissement ; peut persister, régresser ou progresser ;
  • lèpre lépromateuse – de nombreuses lésions avec présence de bactéries ; pertes de cheveux ; engourdissement nerveux ; faiblesse des membres ; défiguration ; ne régresse pas.

Transmission

La lèpre se transmet par contact avec une personne dont les muqueuses sont infectées, d’ordinaire, lorsqu’elle éternue ou tousse. La maladie n’est pas très contagieuse. Pour contracter la lèpre, il faut avoir des contacts fréquents avec un porteur de la maladie.

La bactérie responsable de la lèpre se multiplie très lentement. La période d’incubation de la lèpre (c’est-à-dire, le temps entre l’infection et l’apparition des premiers symptômes) peut atteindre cinq ans. Il peut s’écouler jusqu’à 20 ans avant que les symptômes n’apparaissent (OMS, 2010).

Selon le New England Journal of Medicine, un type de tatous natif du sud des États-Unis peut également transporter et transmettre la maladie à l’homme (NEJM, 2011).

Symptômes

Principaux symptômes de la lèpre :

  • lésions cutanées :
    • plus claires que la couleur normale de votre peau ;
    • réduisant les sensations de toucher, température ou douleur ;
    • qui ne guérissent pas durant plusieurs semaines ou mois ;
  • faiblesse musculaire ;
  • engourdissement des mains, des bras, des pieds et des jambes ;

Diagnostic

Votre médecin effectue un examen physique dans le but de rechercher des signes et symptômes indicateurs de la maladie. Il procède également à une biopsie ou à un raclage cutané. Votre médecin prélèvera un morceau de peau et l’enverra au laboratoire pour analyse.

Il pourra également pratiquer un test cutané à la lépromine afin de déterminer la forme de lèpre dont vous êtes atteint(e). Une faible quantité de bactéries causes de la lèpre est injectée dans la peau, en général dans la partie supérieure de l’avant-bras. Les personnes atteintes de lèpre tuberculoïde ou de lèpre tuberculoïde de type intermédiaire connaissent une irritation du site d’injection.

Traitement

En 1995, l’OMS a développé une multi-thérapie médicamenteuse destinée à guérir tous les types de lèpre. Elle est disponible gratuitement sur Internet (WHO, 2010). Plusieurs antibiotiques sont en outre utilisés pour traiter la lèpre en éliminant la bactérie qui la cause, et notamment les suivants :

  • dapsone ;
  • rifampicine ;
  • minocycline ;
  • ofloxacine.

Votre médecin peut prescrire plus d’un antibiotique. Il pourra également vous prescrire un anti-inflammatoire (aspirine, prednisone, orthalidomide, etc.). Attention, ne prenez jamais de thalidomide si vous êtes enceinte ou susceptible de le devenir. De graves malformations congénitales pourraient en résulter.

Complications

Lorsque le diagnostic et le traitement sont retardés, il peut en résulter de graves complications. Complications possibles :

  • défiguration ;
  • perte de cheveux, ainsi que des cils et sourcils ;
  • faiblesse musculaire ;
  • dommages nerveux permanents au niveau des bras et des jambes ;
  • impossibilité d’utiliser les mains et les pieds ;
  • congestion nasale chronique, saignements de nez et effondrement de la cloison nasale ;
  • iritis (inflammation de l’iris de l’œil), glaucome (maladie de l’œil endommageant le nerf optique) et cécité ;
  • troubles érectiles et infertilité ;

Pronostic

Le pronostic général est bon lorsque la lèpre est diagnostiquée sans délai. Un traitement précoce empêche des dommages tissulaires, interrompt la propagation de la maladie et empêche les complications de santé graves.

Lorsque le diagnostic intervient à un stade plus avancé, après défiguration ou invalidité importante, le pronostic est moins bon. Dans ces cas, il peut être impossible de revenir à une vie normale, en dépit des traitements.

Prévention

Le meilleur moyen d’éviter de contracter la lèpre consiste à éviter les contacts rapprochés et de longue durée avec une personne infectée non traitée.

Autres articles à lire

Comment utiliser les huiles de CBD ?

administrateur

Top 5 des fruits qui nous rendent belle

administrateur

Quels sont les bienfaits de l’huile essentielle de calendula ?

Journal

Analyse du pH dans les urines : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Top 5 des aliments à consommer pour avoir une belle peau

administrateur

Recherche d’anticorps antinucléaires : définition, cause, symptômes, traitement

Irene