Abc-families.com
Image default
Vie Pratique

Mon enfant part faire des études : quelles sommes prévoir ?

Le bac en poche, mon enfant se lance dans les études supérieures. Quel montant sera nécessaire pour couvrir l’ensemble de ses dépenses annuelles ? Voici ce que nous devons prévoir.

615 euros par mois : c’est la somme minimale – hors frais d’inscription à l’université – que les étudiants étrangers doivent justifier pour suivre un cursus en France (source : france.fr, site édité par le Service d’information du Gouvernement). Il s’agit, en quelque sorte, du minimum nécessaire à un étudiant pour subvenir à ses besoins, selon les estimations de l’Etat.

La somme que mobilise réellement une année d’étude est, en moyenne, nettement supérieure à ce chiffre. D’après une enquête du syndicat étudiant UNEF pour l’année 2013-2014, le coût de la vie étudiante (frais de scolarité compris) oscille en effet entre 10 500 et 15 500 euros par an.

Bien sûr, le montant précis des dépenses pour mon enfant dépendra de plusieurs facteurs :

Les frais d’inscription à l’université

Les frais d’inscription varient fortement selon l’établissement et l’année d’étude.

Cas le plus courant : la fac. Si mon enfant étudie à l’université publique, les frais de scolarité seront de cet ordre :

  • 184 euros pour une année de licence,
  • 256 euros pour une année de master,
  • 391 euros pour un doctorat (chiffres officiels pour l’année universitaire 2014-2015).

Cas particuliers : une année dans une école d’ingénieur publique coûte 610 euros. Par ailleurs, les frais de scolarité pour certains cursus en médecine dans le public diffèrent sensiblement des tarifs des autres études.

Les frais d’inscription atteignent des montants bien plus élevés dans les écoles de commerce (bac+0 ou bac+2). Privées pour la plupart, elles demandent parfois plus de 9 000 euros pour une année d’enseignement. Le coût de la scolarité dans un Institut d’Etudes politiques est quant à lui très variable, et dépend des revenus des parents.

A ne pas oublier : aux frais d’inscription s’ajoutent les droits de sécurité sociale (obligatoires) ! Pour l’année universitaire 2014-2015, ils s’élevaient à 213 euros. Ils sont gratuits pour les boursiers. La LMDE (mutuelle étudiante) propose également différentes complémentaires de santé (permettant de couvrir d’autres frais de santé), dont le coût annuel va de 75 à 639 euros (en 2014-2015).

Le logement

Si mon enfant part suivre des études dans une autre ville que la mienne, il faudra qu’il loue un logement. Le loyer d’un appartement devrait être, a priori, le premier poste de dépenses de son année universitaire.

Bien sûr, le coût du logement est très différent d’une ville à l’autre, à Paris ou en province. D’après « l’indicateur du coût de la rentrée étudiante » de la FAGE (Fédération des Associations Générales Etudiantes), le coût moyen du loyer et des charges pour les étudiants était de 497,80 euros mensuels pour la rentrée 2014.

Pour limiter ces frais de logement, des solutions existent : la colocation ou la chambre en cité universitaire (mais les places sont limitées !).

Les dépenses courantes

Mon enfant est inscrit en fac et a un toit ? Il reste de nombreuses dépenses nécessaires :

  • Les transports : il existe souvent, dans les réseaux de transports en commun, des tarifs préférentiels pour les étudiants. A Paris par exemple, les étudiants ont droit au forfait « Imagine R » pour le métro, le bus, le Tramway et le RER,
  • L’alimentation : les étudiants ont accès à des plats complets et peu chers dans les restaurants universitaires (« Resto U »),
  • Le matériel nécessaire aux études (manuels, livres…),
  • Les frais de santé.

Reste, enfin, la somme d’argent mensuelle dont a besoin mon enfant pour se faire plaisir (vêtements, cinéma, sorties…) !

Autres articles à lire

Le détecteur de fumée, nouvel objet de luxe ?

Irene

Rencontre : Carpe Dièse, l’école de musique en ligne

Irene

SICAV : qu’est-ce que c’est qu’une société d’investissement à capital variable ?

Irene

Comment fonctionne une complémentaire retraite ?

Irene

Qu’est ce qu’un prêt in fine ?

Irene

Quelles sont les successions atypiques reconnues par la loi ?

Irene