Abc-families.com
Image default
Famille

Comment organiser ses funérailles de son vivant ?

La perte d’un être cher est un drame qui se supporte difficilement. Devant le choc psychologique, s’occuper de la manière la plus appropriée des derniers hommages à lui rendre devient parfois une autre source de douleur. Déjà, sous le coup du choc psychologique, penser à gérer les funérailles n’est pas le premier réflexe. Pour éviter cet épisode de souffrance à votre famille, vous pouvez organiser vos funérailles de votre vivant. Mais comment faire ? Nos nous proposons ici de vous donner quelques idées pour épargner à votre famille la douleur de l’organisation de vos funérailles une fois le moment venu.

Organiser ses funérailles de son vivant : pourquoi est-ce important ?

Réaliser les préparatifs nécessaires aux funérailles d’un proche est un véritable challenge. Entre le peu de temps disponible pour l’organisation et le choc de la séparation, la famille peut rapidement être déboussolée. Cela peut entraîner des oublies dans le protocole des funérailles, un piétinement de la volonté du défunt, etc. Dans cet article faites-vous une idée du chamboulement que peuvent vivre vos proches en cas de décès, surtout en cette période de coronavirus.

Pour éviter tout ce méli-mélo, organiser ses propres funérailles est bien une meilleure idée. Détrompez-vous, cela ne se connote d’aucun mauvais présage. C’est juste une disposition pratique pour tout contrôler. Vous pourrez ainsi vous rassurer d’avoir fait respecter vos dernières volontés tout en épargnant vos proches de tout souci d’organisation. En organisant vos funérailles, vous épargnez par ailleurs vos proches d’éventuels conflits au sein de la famille et une facture parfois très importante du coût des funérailles.

Organiser ses funérailles de son vivant : commencez par indiquer par écrit vos dernières volontés

La législation française impose à vos héritiers le respect de vos dernières volontés. Ils ne peuvent pas s’y soustraire tant que vous les avez mis par écrit. En effet, malgré votre désir de leur épargner toute tracasserie en rapport aux funérailles, ces derniers, poussés par l’amour qu’ils vous portent, peuvent s’obstiner à tout faire eux-mêmes. Or, entre abattement psychologique et pression, un désagrément est très vite venu. Par conséquent, dans le souci d’organiser au mieux vos funérailles, rédigez vos dernières volontés clairement sur papier libre. Vous pouvez par exemple y indiquer les grandes lignes à propos de la cérémonie et de la sépulture. Vous avez aussi la possibilité de donner des détails précis sur les éléments comme :

  • le choix du cercueil ;
  • ainsi que du choix de l’inhumation ou de la crémation ;
  • la rédaction du faire-part de décès ;
  • les textes souhaités lors de la cérémonie religieuse ;
  • la musique, les chants et les prières.

Confiez ensuite ces écrits à une ou deux personnes de confiance. Sinon, vous pouvez également laisser une copie de ces écrits dans votre livret de famille et dans votre dossier bancaire.

Organiser ses funérailles de son vivant : choisissez un cimetière

Votre dernière demeure doit être choisie avec soin. Malheureusement, la loi encadre un peu ce choix. En cas de décès, il est prévu qu’une personne peut être enterrée dans le cimetière de sa commune de résidence. Il peut également être enterré dans le cimetière de la commune où il décède ou celui où sa famille dispose d’un caveau. Dans ce cas de figure, il est important d’opter pour le cimetière le plus accessible pour vos proches ou carrément celui qui donne le plus de facilité en matière d’inhumation. Pour bien vous en sortir, Funérailles Georges et fils peuvent vous donner un coup de main. Le funérarium Funekerf peut même vous donner de précieux conseils pour préparer la réunion de votre famille avant les obsèques.

Par ailleurs, pour anticiper sur toutes les obligations financières liées aux funérailles, préparez les frais d’obsèques. Sachez qu’il est possible de prélever jusqu’à 5 000 € sur votre compte après votre décès pour ces frais.

Autres articles à lire

Comment le Covid-19 malmène les rites et le temps du deuil

adrien

Ce que le confinement nous a appris du désarroi parental

adrien

Bonnes feuilles : « Papa qu’as-tu fait en Algérie ? »

adrien

Pourquoi il faut éduquer les jeunes face au marketing du tabac

adrien

le problème qui se pose vraiment quand vous y parlez de vos enfants

adrien

La petite cuisine des formes conviviales en confinement

adrien