Abc-families.com
Image default
Sante et Beaute

Pneumonie : définition, cause, symptômes, traitement

La pneumonie est une infection d’un ou des deux poumons. L’infection peut être causée par un champignon, une bactérie ou un virus. La pneumonie entraîne une inflammation des sacs alvéolaires de vos poumons, également appelés alvéoles pulmonaires. Les alvéoles s’emplissent de fluide ou de pus, ce qui rend la respiration difficile. Le degré de gravité des symptômes de pneumonie va de bénin à potentiellement mortel. En fait, la pneumonie cause plus de décès dans le monde que toute autre maladie. La gravité de la pneumonie dépend d’ordinaire de la cause de l’inflammation ou du type d’organisme à l’origine de l’infection, de l’âge du patient et de son état de santé général.

Types

Il existe cinq grands types de pneumonie. Il s’agit des suivants :

Pneumonie bactérienne

La pneumonie bactérienne peut affecter tout le monde, à tout âge. Elle peut se développer d’elle-même ou après une grippe ou un rhume grave. La cause la plus fréquente de la pneumonie bactérienne est le streptococcus pneumoniae. Une pneumonie bactérienne peut également être causée par la Chlamydophila pneumonia ou la legionella pneumophila. Une pneumonie causée par le Pneumocystis jiroveci survient parfois chez les personnes dont le système immunitaire a été affaibli, par exemple, du fait d’une maladie comme le SIDA ou le cancer.

Pneumonie virale

Dans de nombreux cas, la pneumonie est d’origine respiratoire, en particulier chez les jeunes enfants et les personnes âgées. Cette forme de pneumonie n’est en général pas grave et de courte durée. Toutefois, le virus de la grippe peut être à l’origine de pneumonies virales graves, voire mortelles. Elle est particulièrement dangereuse pour les femmes enceintes ou les personnes atteinte d’une pathologie cardiaque ou pulmonaire. Une bactérie envahissante peut causer des complications de la pneumonie virale.

Mycoplasma Pneumonia

Les mycoplasmes ne sont pas des virus ni des bactéries ; ils ont toutefois des traits communs aux deux. Il s’agit des plus petits agents pathogènes affectant les humains. De manière générale, les mycoplasmes peuvent être à l’origine de pneumonies bénignes, qui touchent le plus souvent les enfants et les jeunes adultes.

Autres types de pneumonie

Les personnes immunodéprimées sont sujettes à d’autres types de pneumonie. Tuberculose et pneumocystose pulmonaire (pneumonie à Pneumocystis carinii, PCP) affectent en général les personnes atteintes du SIDA. En fait, la pneumocystose pulmonaire est l’un des premiers signes de maladie chez les personnes atteintes du SIDA.

Les types de pneumonie les plus courants peuvent également être graves. Une pneumonie peut également être causée par l’ingestion d’aliments, de poussières, de liquide, de gaz ou de divers champignons.

Risques

Personne n’est protégé de la pneumonie ; certains facteurs peuvent néanmoins aggraver vos risques :

  • un accident vasculaire cérébral antérieur ou des problèmes de déglutition : les personnes ayant eu un accident vasculaire cérébral, rencontrant des difficultés pour déglutir ou alitées peuvent aisément contracter une pneumonie.
  • l’âge : le risque de pneumonie est plus élevé chez les enfants jusqu’à l’âge de deux ans, ainsi que chez les personnes âgées de 65 ans et plus ;
  • un système immunitaire affaibli : cela concerne principalement les personnes traitées au moyen de médicaments (médicaments stéroïdiens et anticancéreux) qui affaiblissent le système immunitaire des personnes porteuses du VIH ou atteintes du SIDA ou d’un cancer ;
  • toxicomanie : inclut la consommation excessive d’alcool et le tabagisme ;
  • certaines pathologies : l’asthme, la mucoviscidose, le diabète ou une insuffisance cardiaque accroissent votre risque de pneumonie.

Symptômes

les symptômes généraux d’une pneumonie bactérienne peuvent se développer rapidement ; il peut notamment s’agir :

  • de douleurs thoraciques ;
  • de frissons de froid ;
  • d’une fièvre ;
  • de toux sèche ;
  • de douleurs musculaires ;
  • de nausées/vomissements ;
  • d’une respiration rapide ;
  • d’un rythme cardiaque élevé ;
  • de troubles respiratoires.

Certains symptômes peuvent indiquer une urgence médicale. Il s’agit notamment :

  • d’un bleuissement de la peau (imputable à un manque d’oxygène) ;
  • de la présence de sang dans les crachats (expectorations dues à la toux) ;
  • d’une respiration laborieuse ;
  • d’une forte fièvre (39.4 °C ou plus) ;
  • de confusion ;
  • d’un rythme cardiaque élevé.

Diagnostic

La pneumonie peut être aisément ignorée comme cause de maladie car ses manifestations sont souvent proches de celles du rhume ou de la grippe. D’ordinaire elle dure plus longtemps et ses symptômes paraissent plus graves que ceux d’autres pathologies.

Antécédents médicaux détaillés du patient

Pour déterminer si un patient est atteint de pneumonie, les médecins s’enquièrent d’ordinaire des signes et symptômes qu’il présente. Le médecin pourra notamment demander :

  • Quels sont vos symptômes et quand ont-ils commencé ?
  • Avez-vous récemment effectué un voyage ? Quelles ont été vos activités ces derniers temps ?
  • De quand date votre contact le plus récent avec des animaux ?
  • De quand date votre contact le plus récent avec une personne malade ?
  • Quels problèmes médicaux avez-vous eus et avez-vous en ce moment ?
  • Quels médicaments prenez-vous en ce moment ?
  • Fumez-vous ou avez-vous fumé ?
  • Avez-vous récemment été vacciné(e) ou malade ?

Examen physique

Des sons de craquement et de bulles dans la cage thoracique au cours de l’inhalation sont d’ordinaire des indicateurs de pneumonie. Votre respiration peut également être sifflante. Votre médecin peut également rencontrer des difficultés pour entendre des sons de respiration normaux à divers endroits de la cage thoracique.

Tests de diagnostic

La radiographie peut permettre de déterminer si vous êtes atteint(e) d’une infection pulmonaire. La radiographie n’indique toutefois pas le type de pneumonie dont vous êtes atteint(e). Les analyses de sang permettent d’obtenir un tableau plus précis du type de pneumonie. Elles vont également de déterminer si l’infection est passée dans le sang.

Autres examens

Autres tests susceptibles d’être nécessaires :

  • tomographie assistée par ordinateur de la cage thoracique : Une tomographie assistée par ordinateur est similaire à une radiographie, mais les images obtenues au moyen de cette méthode sont extrêmement détaillées. Ce test indolore permet de disposer d’une image claire et précise de la cage thoracique et des poumons.
  • Analyses d’expectorations : examen des expectorations (le mucus que vous crachez en toussant) pour identifier le type de la pneumonie.
  • Analyses de liquide pleural : en cas de présence de fluide dans l’espace pleural (c’est-à-dire, entre le tissu recouvrant l’extérieur de vos poumons et l’intérieur de votre cavité thoracique), un échantillon de fluide peut être prélevé pour contribuer à déterminer si la pneumonie est bactérienne ou virale.
  • Oxymétrie pulsée : ce test mesure le niveau de saturation du sang en oxygène par la mise en place d’un petit capteur au bout de votre doigt. La pneumonie peut empêcher l’oxygénation normale du sang.
  • Bronchoscopie : lorsque les antibiotiques ne suffisent pas à traiter la maladie, cette méthode est utilisée pour voir les voies aériennes à l’intérieur des poumons, afin de déterminer si des voies aériennes encombrées contribuent à la pneumonie.

Traitement

Le type de traitement prescrit pour une pneumonie dépend principalement du type de la pneumonie et de sa gravité. Dans de nombreux cas, la pneumonie peut être traitée à domicile.

Traitement général

Le plan de traitement type de la pneumonie inclut la prise de tous les médicaments prescrits et la participation à des soins de suivi. Une radiographie peut être prescrite pour vérifier que votre pneumonie a été traitée avec succès.

Traitement de la pneumonie bactérienne

Les antibiotiques sont utilisés pour traiter ce type de pneumonie. Les antibiotiques doivent être pris conformément aux instructions. En cas d’interruption avant terme du traitement antibiotique, la pneumonie peut récidiver. Dans la plupart des cas, l’état du patient s’améliore au bout d’un à trois jours de traitement.

Traitement de la pneumonie virale

Lorsqu’une pneumonie est causée par un virus, les antibiotiques sont inutiles. Les médicaments antiviraux peuvent néanmoins contribuer au traitement de la maladie. Les symptômes s’atténuent d’ordinaire en une à trois semaines.

Prévention

Toute personne atteinte de diabète, d’asthme ou d’un autre problème de santé grave ou chronique court un risque de pneumonie. Dans de nombreux cas, les vaccins contre la pneumonie bactérienne et la grippe permettent une prévention efficace. Le fait d’arrêter de fumer réduit indubitablement le risque de pneumonie.

Autres articles à lire

Sèche vernis : un accessoire important pour une belle manucure

Irene

Affaissement de la paupière (ptosis) : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Signes et symptômes de la grippe : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

L’importance du cannabis thérapeutique

sophie

Ponction de moelle osseuse : définition, cause, symptômes, traitement

Irene

Insuffisance rénale. : définition, cause, symptômes, traitement

Irene